Communiqué FN 65 – 26 février 2016

cdci

CDCI 65: L’IMPOSTURE SOCIALO-GOUVERNEMENTALE CONTINUE!

La tenue de la dernière réunion de la CDCI 65 (commission départementale de coopération intercommunale), qui s’est déroulée durant 3 heure sous la présidence de madame la Préfète des Hautes-Pyrénées ce 26 février 2016 à Tarbes a été édifiante à maints égards.

L’ordre du jour prévoyait l’examen du projet de madame la Préfète de création d’une intercommunalité gigantesque, réunissant la communauté d’agglomération de Tarbes (Grand Tarbes), la communauté de communauté de communes du pays de Lourdes (CCPL), la communauté de communes de Bastuguères, la communauté de communes du canton d’Ossun, la communauté de communes du Montaigu, la communauté de communes de Gespes/Adour/Alaric et la communauté de communes de Bigorre/Adour/Echez…86 communes au total.

Un énième « machin » technocratique hypertrophié et sans âme, regroupant la moitié du département, sans aucune cohérence historique, sociale ni d’activités…

Alors que les élus des 2/3 des communautés de communes, après avoir été consultés, ont refusé ce projet imposé par madame la Préfète, c’est pourtant ce projet qui a été validé par la CDCI 65, sans même un vote le concernant! En effet, pour ne pas voter sur ce projet lui-même, la Préfète a argué du rejet des deux amendements présentés, pour « acter » son propre projet. Or les amendements proposés, parfaitement sensés, à tailles humaines et bien construits par ailleurs, notamment celui concernant la fusion CCPL-CC du Montaigu-CC de Bastuguères, ont pourtant eu tous deux la majorité des voix des 41 élus de la CDCI 65 (respectivement 20 voix et 19 voix contre 18 voix et 18 voix)…mais il fallait, d’après la loi de réforme territoriale une majorité des 2/3, pour valider un amendement.

Avec les socialistes, c’est toujours la minorité qui gagne! Elle est belle la démocratie…

Si madame la Préfète n’a convaincu personne en mettant en avant le « poids » économique de sa future création (comme s’il fallait être une « grosse » communauté de communes pour avoir un intérêt économique, touristique, social ou culturel!) et l’organisation à construire autour de l’aéroport (comme s’il fallait une communauté de communes plus importante pour développer l’aéroport, alors que l’essentiel de son activité est lié à l’acheminement des pèlerins vers Lourdes!), elle a usé d’artifices tout au long de ses argumentaires, affichant par exemple au mur des diaporamas chiffrés, sensés démontrer qu’une CC avec Tarbes recevrait plus de dotations que sans Tarbes…une lapalissade qui avait pour objet d’influencer le vote des élus de la CCPL et des CC qui auraient pu s’y associer, comme prévu par exemple dans l’amendement de monsieur José MARTHE, pourtant bien ficelé et empreint du meilleur bon sens.

On passera sur les arguments de monsieur GLAVANY en faveur du projet de la Préfète, énonçant « qu’il y a 25 ans il avait rencontré les mêmes angoisses chez les maires lorsqu’il avait participé aux créations des premières communautés de communes » mais que « l’intérêt général devait primer »…donc contre l’avis du peuple en quelques sortes, sûrement trop immature pour comprendre selon lui ! La « démocratie expliquée par les socialistes, c’est décidément vraiment d’un autre âge…

Le pompon de l’imposture a été conquis haut la main par madame Josette BOURDEU, le maire de Lourdes: son argumentaire pour défendre ce projet de CC Tarbes-Ossun-Lourdes (« TOL » pour les intimes, on serait plutôt tenter de dire « LOL »…) a été de mettre en avant…l’échec économique de sa propre ville! En effet, madame la maire de Lourdes n’a pas eu de mots assez larmoyants pour déplorer la « situation de catastrophe économique » de sa ville, méprisant au passage les élus de la CC de la vallée des Gaves, sur lesquels « elle ne compte pas pour redresser la barre ». Pire encore, elle annonçait sans rire que son seul levier économique aujourd’hui pour la CCPL était… »l’augmentation de la fiscalité de la CCPL » et qu’il fallait donc impérativement l’aider en s’appuyant sur la communauté d’agglomération du grand Tarbes! Les Lourdais apprécieront…

Bel aveu d’échec en tout cas de la part de madame BOURDEU sur sa gestion inefficace, et qui ferait dès lors mieux d’en tirer les conséquences.

Les interventions de bon sens du maire de Tarbes, qui n’a cependant parlé que de la forme critiquable de la proposition de projet TOL sans argumenter sur le fond, ou des maires représentant les communes rurales, relavant avec justesse le déficit démocratique de cette réforme voulue par personne à l’exception d’une petite élite de technocrates, la marginalisation des communes rurales, éternelles oubliées du développement économique, l’incohérence du détournement de Lourdes vers Tarbes alors que cette ville était tournée vers la montagne, tout cela n’aura pas suffi et l’imposture socialo-gouvernementale aura donc eu lieu une nouvelle fois.

Le Front National des Hautes-Pyrénées dénonce fermement cette dérive vers l’hypertrophie des communautés de communes, qui se fera malheureusement et immanquablement au détriment de la ruralité. Il est réellement temps de sortir de ces visions technocratiques indigestes et hors du réel, ainsi que de ces méthodes anti-démocratiques faisant fi de l’opinion exprimée par les premiers concernés, les habitants de nos communes.

Olivier MONTEIL

Conseiller régional

SD FN65

Publicités

Le FN réagit face à discrimination des socialos-communistes au Conseil régional: FN 1 – Gauche 0 !

Cliquer sur l’image pour lire la vidéo:

cr

Lu sur France 3 Midi-Pyrénées  du 24 février:

« Bras de fer judiciaire à la Région : Front National 1, majorité 0 !

L’épisode est imminent politique et il vient de connaître un épilogue juridique. Le 18 janvier dernier, lors de la seconde assemblée plénière du nouveau Conseil Régional, le Front National bataille avec la majorité de gauche. La première force d’opposition ferraille pour obtenir des représentants dans des organismes extérieurs. Un vote (traduit dans une délibération) ferme les portes. La présidente du groupe FN, France Jamet saisit alors le tribunal administratif. La décision est tombée le 19 février. Le juge administratif suspend la délibération contestée. C’est une « simple » suspension et qui concerne uniquement une partie des désignations.

Le Tribunal administratif de Toulouse soulève, toutefois, « un doute sérieux sur la légalité de la délibération » votée par le conseil régional. La majorité régionale va devoir adopter une nouvelle décision.

L’enjeu des « organismes extérieurs » est hautement stratégique. Le conseil d’administration d’un lycée ou d’un Comité Régional du Tourisme, ce sont autant d’ouvertures vers la société civile, les univers professionnels et le milieu économique. Suite au vote du 18 janvier dernier, les portes se sont fermées pour le Front National. Après un score historique au scrutin des régionales et l’obtention d’un groupe d’élus d’une ampleur inédite (40 conseillers régionaux), le FN pensait pousser encore les feux. (…)

Le couperet du juge tombe sur une partie des désignations. 11 sur 750. Le tribunal administratif estime que le vote aurait du se dérouler sur la base d’une liste nominative. Or le document soumis aux conseillers régionaux mentionnait uniquement le nombre de représentants à pourvoir dans tel ou tel organisme. Le chiffre 1 pour le comité régional de Tourisme de Montpellier, par exemple.

En raison de ce vice de forme (des chiffres à la place de noms), le conseil régional va devoir adopter une nouvelle délibération. Une nouvelle délibération concernant le comité régional du Tourisme de Montpellier, le syndicat mixte du Pic du Midi, l’ARPE, l’agence Maadeli, Midi-Pyrénées Construction, la COGEMIP, PNR Haut-Languedoc. Gérard Onesta relativise  les choses : « Ce n’est que cela. Quelques désignations sur plus de 700 « .

Et la suite maintenant ? Quand et comment le conseil régional va-t-il appliquer la sanction du juge administratif ? (…)

Du côté du Front National, la partie n’est pas finie. France Jamet songe à un éventuel recours en cassation. La présidente du groupe FN à la région est retenue par le coût. C’est la règle en matière de cassation. Il faut obligatoirement recourir à un avocat spécialisé dont les honoraires se chiffrent à plusieurs milliers d’euros.

En attendant, la contre-attaque est politique. Le numéro 2 du Front National, Louis Aliot justifie totalement la saisine du juge. C’est une question de principe :  » Ne jamais laisser jouer la gauche jouer avec la censure et l’atteinte au pluralisme politique. Nous ne sommes pas des demi-élus. Nos électeurs méritent le respect ».

France Jamet dénonce, de son côté, « l’amateurisme et la fébrilité d’une majorité qui a voté une délibération que le juge déclare illégale« . La présidente du groupe FN ne poursuivra pas forcement la bataille sur le terrain juridique. Mais elle va mener une véritable guérilla politique : « Nous allons vérifier et pointer que les conseillers régionaux qui sont désignés dans les organismes extérieurs siègent véritablement et qu’ils font le travail pour lequel ils touchent leurs indemnités ».

http://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/midi-pyrenees-politiques-france3/2016/02/24/bras-de-fer-judiciaire-a-la-region-front-national-1-majorite-0.html

L’Etat organise l’invasion!

Lettre 1er ministre aux prefets-page 0bL’Etat organise officiellement l’invasion du territoire: une directive du 1er ministre aux Préfets datée du 15 janvier enjoint les Préfets à favoriser le financement des communes qui accueilleront des clandestins!
En effet, une enveloppe d’1 milliard d’euros est débloquée en 2016 pour l’investissement public local, dont 500 millions d’euros pour les « priorités d’investissements définies par l’Etat et les communes »…
Or en page 4 (détail souligné en photo 3 ci-dessous) de cette directive, le 1er ministre indique que dans le cadre des « réalisations d’hébergements publics », les fonds débloqués ont « vocation à être mobilisés pour les collectivités locales où seront accueillis de nouveaux réfugiés »! Pour notre région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, la dotation de soutien à l’investissement des communes représentera un budget de 43 millions d’€ pour l’enveloppe des « priorités d’investissement définies par l’Etat »…
En clair, les « migrants » (qui ne sont légalement rien d’autre que des clandestins) deviennent la priorité du gouvernement pour le logement public, notamment social!

Après le scandale des 1000 € attribués par l’Etat pour l’accueil de chaque migrant, après le scandale de l’AME (aide médicale d’Etat) qui ouvre l’accès total et gratuit aux soins pour les clandestins (c’est-à-dire bien plus que pour un Français qui paye ses impôts!), voilà le scandale de la priorité du financement aux logement des clandestins!
Avec Manuel VALLS, mieux vaut être clandestin que Français!
Décidément, il est vraiment temps de balayer ces voyous qui nous gouvernent…MARINE VITE !!!

Repas Patriote de la fédé FN 65: amitié française et salle comble au menu !

repas fn65 fev2016-2.jpg

A Bartrès, près de Lourdes, petite ville de campagne où la liste FN de Louis ALIOT a réalisé 43% des voix le 13 décembre dernier, la fédération FN des Hautes-Pyrénées tenait sa première réunion de l’année, autour d’un repas gastronomique de notre bon terroir bigourdan.
En février et pleine saison touristique, sans enjeu électoral particulier puisque les élections sont passées, nous attendions 40 ou 50 participants…ce fut une centaine et la salle prévue n’étant pas suffisante, il fallut réquisitionner des dizaines de places supplémentaires dans la salle voisine!

Très beau succès donc pour cette première de l’année, où Olivier MONTEIL, secrétaire départemental FN 65 et conseiller régional, a présenté les grandes lignes de l’action frontiste programmée pour 2016 dans notre département.
Il a également informé nos militants, parmi lesquels de nouveaux adhérents et des sympathisants qui venaient pour la première fois à une réunion du Front, des actions de formation thématiques mensuelles de la fédération ainsi que des activités à venir.
Le combat du groupe FN face à la dictature socialo-écolo-gauchiste au Conseil régional a également été évoqué, soulignant la détermination inébranlable des 40 élus FN de la région et de leur chef de file France JAMET pour faire pièce et rendre coup pour coup à la clique de la socialo-communarde Carole DELGA et à ses alliés (les gauchistes de Mr 10%, le très suffisant mais non moins insignifiant ONESTA).

Face à la folle vague d’invasion migratoire qui nous menace jusqu’en Bigorre, encouragée et organisée par nos propres gouvernants, face à la destruction de notre agriculture et de nos filières d’excellence (foie gras traditionnel notamment!) par l’Etat et l’Union européenne, Marine LE PEN est aujourd’hui le seul et dernier recours pour la survie de la France!
La forte croissance du FN 65 et l’affluence de ce jour auront conforté les militants dans l’espérance d’une victoire de la France en 2017, victoire que nous ferons tout pour obtenir!

Merci à nos amis béarnais venus en voisins partager notre enthousiasme. Merci également à toute l’équipe du bureau départemental du FN 65 pour l’organisation et la réussite de cette magnifique journée d’amitié française.
Le combat continue!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Communiqué FN 65- 20 février 2016

agriculteurs à Ayzac-Ost

Olivier MONTEIL 2

 

Le FN 65 soutient la révolte légitime des agriculteurs bigourdans face à l’indécence du gouvernement

Le Front National des Hautes-Pyrénées soutient sans réserve la légitime révolte des agriculteurs bigourdans, qui s’est exprimée clairement par diverses actions d’éclat cette semaine devant les supermarchés discounters de Tarbes, Lourdes, Odos, Bagnères, Lannemezan et Ayzac-Ost.

Le Front National des Hautes-Pyrénées dénonce avec force la folle et destructrice politique agricole de l’Union Européenne et de ses laquais du gouvernement français, qui conduit nos agriculteurs à la ruine et au désespoir.

Le retour pitoyable de monsieur LE FOLL de ses négociations ratées à Bruxelles pour infléchir la situation tout autant que l’aumône méprisante de monsieur VALLS prouvent s’il le fallait encore qu’il n’y a plus rien à attendre de cette Europe-là et des gouvernants-là.

Il est évident que seul le rétablissement de la souveraineté nationale hors des griffes de l’Union Européenne permettra l’arrêt et la réduction des normes iniques imposées à nos éleveurs et exploitants, alors mêmes que l’UE ne protège plus ces éleveurs et exploitants lorsqu’elle ouvre les marchés à tous les vents mondiaux des produits importés…soumis à des charges, des salaires et des normes cent fois moins contraignantes. Cette concurrence déloyale doit cesser, il est urgent de rétablir un protectionnisme raisonné pour protéger nos producteurs et nos produits français !

Le Front National des Hautes-Pyrénées se réjouit de constater que la FDSEA estime que les mesures de Manuel VALLS « ne sont pas à la hauteur et auront peu d’effet sur la situation des agriculteurs » ; mais où est la cohérence avec la satisfaction lamentablement affichée devant les radios et medias par monsieur Xavier BEULIN, président de la FNSEA, devant les mesurettes de manuel VALLS ?…

Le Front National des Hautes-Pyrénées appelle les agriculteurs bigourdans à se détourner massivement des politiques de gauche comme de droite qui ont livré l’agriculture française en pâture à l’euro-mondialisme, à la concurrence mondiale sans protection (et le pire est encore à venir avec l’inacceptable traité TAFTA de libre-échange transatlantique) et à la gabegie de la grande distribution.

Il les appelle aussi à se détourner définitivement des syndicats qui collaborent à ces politiques d’abandon de la France, et à rejoindre massivement le combat national pour la survie de notre agriculture et de nos terroirs mené par Marine Le Pen et le Front National.

Olivier MONTEIL

Conseiller régional

SD FN 65

CONSEIL REGIONAL: vos élus FN au travail

CR 18022016-2

Deux jours de session des Commissions sectorielles ces 18 et 19 février au Conseil régional à Toulouse. En plus de cela… et sous la houlette de France JAMET, notre Président de groupe, une très studieuse réunion de travail des 40 élus du groupe FN s’est également réunie le 18 de 19h à 20h30, puis le 19 en tout début de matinée.
Le sectarisme et le mépris de la démocratie de la gauche se sont encore abondemment étalés au grand jour durant ces commissions, où la Gauche s’est octroyée 100% des 20 présidences de commissions ainsi que 100% des 40 vice-présidences de commissions, en se répartissant soigneusement à l’avance les postes entre PS, PRG et Ecolo-communistes…vous aviez dit « démocratie » et « respect du pluralisme »?…
Qu’importe, les 40 élus FN étaient là et bien là pour faire face en bloc au conglomérat socialo-écolo-communiste. D’ailleurs, en commission « Montagne et Ruralité », l’un des deux élus PS des Hautes-Pyrénées manquait déjà à l’appel, c’est beau l’exemplarité…
Olivier MONTEIL, conseiller régional FN des Hautes-Pyrénées, a siégé avec 4 élus FN au sein de la commission « Education-jeunesse », puis également avec 4 autres élus FN au sein de la commission « Montagne et ruralité ». Chaque commission compte d’ailleurs au moins 4 ou 5 élus FN sur 20 membres. Nos électeurs seront donc représentés haut et fort dans chaque commission!Merci à France JAMET, notre infatigable présidente de groupe présente sur tous les fronts, qui a en outre brillament défendu la veille au Tribunal Administratif de Toulouse le recours du groupe FN contre l’exclusion des élus FN des organismes extérieurs de la Région par la présidente socialo-écolo-communiste Carole DELGA lors de la précédente assemblée plénière.
Déjà poursuivie au Tribunal Administratif par le FN, la Gauche n’est décidément pas près de se défaire du FN au Conseil régional…

Ce diaporama nécessite JavaScript.