Présentation des candidats Bleu MARINE des Hautes-Pyrénées pour les législatives de juin 2017

Législatives 2017- 1ere et 2eme CIRCO 65Conférence de presse de présentation des candidats aux élections législatives 2017

Le Front National des Hautes-Pyrénées s’est pleinement engagé depuis plusieurs mois sur le terrain dans la campagne présidentielle de Marine LE PEN. La dynamique en faveur de Marine, des idées et des espoirs qu’elle porte est incontestable dans toute la France, au point qu’elle est depuis près d’un an maintenant donnée régulièrement en tête des intentions de vote des Français. Pour aider Marine à gouverner notre pays et lui apporter une majorité parlementaire, le Front National a investi ses candidats aux législatives pour appliquer le programme présidentiel de Marine.

Dans les Hautes-Pyrénées, les candidats de Marine LE PEN seront donc :

Législatives 2017 - 1ere CIRCO 65pour la 1ère Circonscription,

Geneviève COMONT, 58 ans, mère au foyer, 4 enfants, diplômée d’un BTS Secrétariat, actuelle secrétaire FN de la 1ère Circonscription.

 

 

 

Législatives 2017- 2eme CIRCO 65.jpg– pour la 2ème Circonscription,

Olivier MONTEIL, 51 ans, 6 enfants, officier supérieur (ER), diplômé de Saint-Cyr, élu conseiller régional d’Occitanie pour les HautesPyrénées, secrétaire départemental du FN des Hautes-Pyrénées.

Le suppléant de Geneviève COMONT est Alexandre GOESSENS, 26 ans, peintre en bâtiment, qui a déjà été le candidat du FN en 2012 sur cette circonscription. La suppléante d’Olivier MONTEIL est Oksana PAVELCHUK, 48 ans, 3 enfants, diplômée ingénieur chimiste et actuellement hôtelière, actuelle trésorière de notre fédération départementale.

Ces candidatures s’avèrent en cohérence avec l’ancrage local du Front National dans les Hautes-Pyrénées depuis 3 ans, puisque tous ont été candidats aux départementales de mars 2015 puis sur la liste départementale du FN aux régionales de décembre 2015.
Les candidats proposeront, lorsque cela sera le moment c’est-à-dire après les présidentielles, une présentation de leurs objectifs pour leur circonscription.

D’ores et déjà, on peut affirmer que les candidats FN des Hautes-Pyrénées se battront pour représenter les Hautes-Pyrénées à l’Assemblée nationale et y défendre, avec Marine LE PEN, la ruralité, le maintien du service public dans nos territoires, protéger notre agriculture et son modèle familial à taille humaine, sortir nos compatriotes de la spirale de misère et de pauvreté dans laquelle ils sont plongés par 40 années de pouvoir LRPS.

Notre 1er objectif pour ces élections législatives à venir sera d’abord non seulement d’inverser les rôles de 2012, c’est-à-dire de passer partout devant les candidats du Front de Gauche, mais aussi arriver en tête et se qualifier pour le second tour. Notre deuxième objectif sera de créer la surprise dans ce Sud-Ouest autrefois chasse gardée de la Gauche et de l’Extrême-Gauche pour offrir des députés frontistes bigourdans à Marine LE PEN.
Le recul continu de la Gauche depuis ces dernières années dans notre département et son implication dans l’échec cuisant du quinquennat Hollande d’une part, l’éclatement et la dispersion d’une Droite déjà distancée aux régionales par le FN d’autre part, laissent augurer désormais de vrais espoirs de victoire patriote en Hautes-Pyrénées !

Olivier MONTEIL

Conseiller régional d’Occitanie

Secrétaire départemental du Front National des Hautes-Pyrénées

La Depeche 29 mars 2017.jpg

Communiqué FN 65 du 30 mars 2017: Conférence des évêques à Lourdes, les poncifs des pontifes…

om-fn65-eCommuniqué de presse d’Olivier MONTEIL

Conseiller Régional d’Occitanie

Secrétaire départemental du Front National des Hautes-Pyrénées

Monseigneur PONTIER, lors de son discours d’ouverture de la conférence des évêques de France le 28 mars à Lourdes, s’est fort maladroitement aventuré sur un terrain politique qui n’est visiblement pas de ses compétences et qu’il ne maîtrise assurément pas le moins du monde. En ressassant le danger du « repli sur soi » ou le « dangereux regard de méfiance envers les musulmans » que véhiculeraient certains partis politiques (qu’il n’a pas osé nommer !), monseigneur l’évêque a débité les éternels poncifs éculés de ceux qui ne connaissent rien des réalités politiques mais s’érigent en donneurs de leçons contre les Patriotes français.

Rappelons donc à ceux de nos évêques qui se fourvoient dans la stigmatisation des Patriotes que, très loin du fumeux et fantasque « repli sur soi », se préoccuper du sort des habitants de notre pays, de nos femmes, de nos enfants, des personnes âgés, des handicapés, des plus faibles comme l’enfant à naître, des pauvres, des oubliés, des laissés pour compte victimes d’une mondialisation anarchique et dérégulée qui tue nos emplois et ruine nos métiers, nos familles, notre mode de vie…c’est avant tout se préoccuper justement de « son prochain » ! Et protéger et se préoccuper de nos compatriotes, notre « prochain » par excellence, c’est justement la raison d’être et la responsabilité première de l’Etat français. C’est donc faire œuvre de responsabilité que de protéger notre identité, notre économie, notre culture, notre langue, notre civilisation, nos racines, d’ailleurs chrétiennes entre autres…

Quant au « regard de méfiance envers les musulmans », que les donneurs de leçons comprennent qu’il ne concerne évidemment pas la pratique intime d’une religion, droit inaliénable de tout homme, mais la pratique publique d’un totalitarisme politico-religieux incompatible avec nos mœurs et nos valeurs : l’islamisme, qui a déjà tué des centaines de Français en quelques mois, après avoir martyrisé et tué des milliers « d’infidèles » chrétiens ou juifs durant treize siècles. Que ceux de nos évêques qui se piquent de politique alors que leur sacerdoce exige d’eux de sauver les âmes et de défendre la Foi catholique, prennent donc exemple sur le Saint Pape Pie V qui sut faire preuve d’authentique charité envers tous les Chrétiens d’Occident en levant, par la prière, une armée victorieuse face à l’islamisme turc à la bataille navale de Lépante en 1571. Victoire que nous célébrons chaque année le 07 octobre, à Lourdes, pour la fête du Saint Rosaire.

Ils en seront bien mieux inspirés, plutôt qu’à se prêter à un mauvais procès politique contre les Patriotes français.

 

Lettre ouverte aux maires de Bigorre sur les « célébrations » du 19 mars 1962

om-fn65-eMadame, monsieur le maire,

En France depuis 2012, la célébration du cessez-le-feu du 19 mars 1962 est devenue une date de cérémonie officielle par la loi n° 2012-1361 du 6 décembre 2012. Promue sous la pression politique de la Gauche la plus extrême et défendue par une unique association d’anciens combattants, elle-même politiquement très marquée, cette loi institue une « journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc ». Mais le 19 mars 1962, devenue fête nationale algérienne « de la victoire », est tout sauf un hommage aux victimes de la guerre d’Algérie.
En effet, le cessez-le-feu signé 19 mars 1962 entre l’Etat français et le groupe terroriste FLN n’a d’abord été respecté que par l’armée française, qui du coup ne défendait plus les civils. Mais le FLN, pourtant largement vaincu militairement sur le terrain, loin de respecter le cessez-le-feu, a déchainé dès lors sur tout le territoire une vague de terreur telle qu’il y eu plus de morts civils en 3 mois qu’en 7 années de guerre : des milliers de civils pieds noirs, hommes, femmes et enfants, ont été pourchassés, capturés, violés, égorgés, massacrés (plus de 3 000 Européens tués ou disparus pour la seule journée du 05 juillet 1962 à Oran !) ; des dizaines de milliers de harkis, considérés comme des traitres par le FLN parce qu’ils avaient servi la France, ont été tués avec leurs familles dans d’atroces supplices : tortures, émasculations, viols, égorgements, dépeçages, éventrations…la barbarie islamiste d’aujourd’hui n’a rien à envier aux atrocités commises par le FLN entre mars et août 1962. Les témoignages du déferlement de haine et de cruauté du FLN à l’encontre de nos frères harkis sont innombrables et insoutenables. Les comptes rendus officiels, tels que celui du sous-préfet d’Abkou en Kabylie, détaillent avec précisions les exactions commises et ne sont pas contestables.
Les estimations actuelles font état de 75 000 à 150 000 morts harkis, hommes, femmes et enfants. Un véritable génocide et crime de guerre, aujourd’hui encore resté impuni !
Par simple respect pour la mémoire des victimes, civiles et militaires, de ces massacres de masse, il est impossible de faire du 19 mars 1962 une date commémorative de quoi que ce soit. L’injure à la mémoire des nôtres est trop forte. Touché personnellement, à la fois en tant que fils de rapatrié moi-même et en tant qu’officier de l’armée française durant près de trente ans au service de nos trois couleurs, je ne peux ressentir la célébration du 19 mars que comme un véritable affront à ceux qui sont morts après cette date funeste, à ceux qui se sont sacrifiés pour leur patrie d’adoption et qui n’ont reçu en retour qu’indifférence et abandon au milieu des pires atrocités.
Le décret d’application de la loi du 06 décembre 2012 n’impose qu’aux villes-Préfectures de chaque département le soin d’organiser cette « célébration ». Toutes les autres communes de notre département ne sont nullement tenues par la loi de se prêter à cette offense.
Madame, monsieur le maire, après l’odieuse offense faite à la France par un candidat à l’élection présidentielle qui a osé qualifier l’œuvre française de nos médecins, instituteurs, ouvriers ou bâtisseurs en Algérie de « crime contre l’humanité », songez avant d’organiser une telle « célébration » à ce que vous allez célébrer. Car vous célébrerez, peut-être sans le savoir, le point de départ d’un massacre de masse terrible, pour le coup un véritable crime contre l’humanité contre des populations à raison de leur origine…et de leur fidélité à la France.
Je vous prie d’agréer, madame, monsieur le maire, l’assurance de ma sincère et meilleure considération.

Bien cordialement,

Olivier MONTEIL

Conseiller départemental d’Occitanie,

Chevalier de la Légion d’honneur, Croix de la valeur militaire, Croix du Combattant, Médaille d’or de la Défense nationale

leharki

 

Au salon de l’Agriculture de Tarbes, le FN 65 défend les Agriculteurs contre l’euro-mondialisme

Salon Agri Tarbes 2017 -4.jpgCe samedi 11 mars 2017, Olivier MONTEIL, conseiller régional d’Occitanie et secrétaire départemental du FN 65, emmenait une forte délégation du Front National des Hautes-Pyrénées en visite au salon de l’Agriculture de Tarbes; composée d’une trentaine de personnes, la délégation était rejointe par les responsables du Front National de la Jeunesse (mouvement jeune du FN) de notre région, conduite par leur responsable régional Nicolas BRUNET et le responsable bigourdan du FNJ, Paul LONCAN.

En débutant par un point presse, entouré de Nicolas BRUNET, responsable régional FNJ, d’Alain LIGONNIERE, SD-adjoint et responsable FN de Lourdes, et de Geneviève COMONT, responsable FN de la 1ère circonscription, Olivier MONTEIL a rappelé les raisons qui motivent la venue du FN auprès des agriculteurs: l’agriculture française est d’abord une part de notre identité, qui a façonné les paysages de la France depuis des siècles, son art de vivre et sa réputation culinaire; l’agriculture française subit aussi et surtout une crise sans précédent depuis plusieurs décennies, livrée sans protection à une mondialisation dérégulée qui tue la production et les emplois français; face à cette crise majeure, les politiciens LR ou PS n’ont jamais pu apporter le moindre début de solution…puisqu’ils participent eux-même activement à l’euro-mondialisme de l’Union Européenne.

Le responsable FN bigourdan a rappelé que le modèle agricole proposé par l’UE est celui des fermes de 1000 vaches, une agriculture industrielle mondialisée et standardisée, qui anéantit les exploitations traditionnelles de type familial. Or, si certains produits peuvent être standardisés, le modèle que nous voulons pour notre pays reste bel et bien celui de l’agriculture traditionnelle et familiale, modèle à taille humaine, gage de qualité et de respect des normes sanitaires autant que du maintien au pays des agriculteurs. C’est la proposition numéro 126 du programme de Marine Le Pen…

Olivier MONTEIL a dénoncé l’imposture de ceux qui attisent les peurs contre un retour à la souveraineté de la France en matière de Politique Agricole, et l’ignorance de cux qui les suivent: non, la suppression de la PAC (politique agricole commune de l’UE) ne nuira pas aux agriculteurs et ne coûtera rien, bien au contraire!

En effet, chaque année la France contribue à hauteur de 23 milliards d’euros  au budget de l’Union Européenne, tandis que l’UE ne redistribue à la France que 14 milliards d’euros de subventions (dont 9 pour la PAC), soit un déficit de…9 milliards d’euros chaque année. Et parmi les versements reçus de l’UE, la PAC n’est même pas versée entièrement chaque année (70% versés seulement en 2016). Au contraire, la gestion par l’Etat français des subventions aux agriculteurs permettrait non seulement de leur verser directement les 9 milliards de la PAC, sans les obstacles administratifs et bureaucratiques démentiels de la PAC actuelle, sans l’intermédiaire nocif et inutile de l’UE, mais également de redistribuer en plus les 9 milliards d’euros que nous perdons chaque année en contribuant au budget de l’UE.

C’est d’ailleurs ce qu’avait rappelé Marine Le Pen, en visite le 09 mars auprès des agriculteurs gersois et notamment des aviculteurs victimes des directives européennes et de la folle politique du gouvernement socialo-gauchiste qui les a ruinés dans le traitement calamiteux de la grippe aviaire. Les « canards » ont bien raison d’être « en colère »!

Retrouver la maîtrise de notre politique agricole, se départir de la bureaucratie bruxelloise, réguler les prix des produits franchissant nos frontières et pratiquer le patriotisme économique, faciliter l’installation des jeunes Agriculteurs par la défiscalisation, notamment foncière, lutter contre les excès de la grande distribution et permettre aux Agriculteurs de vivre décemment du fruit de leur travail, voilà tout le sens des propos échangés par la délégation frontiste lors de sa visite avec les éleveurs, les producteurs ou les représentants syndicaux de ce monde agricole que nous refusons de voir mourir.

Comme il se doit dans un Salon de l’Agriculture, la délégation du FN 65 a consacré aussi une grand et beau moment gaulois de convivialité en déjeunant en grande tablée dans les stands des Agriculteurs, avant de tracter, hors de l’enceinte de Tarbes-Expo, un bon millier de tracts pour Marine Présidente.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Communiqué FN 65 du 28/02: Tarbaise agressée, il faut rétablir l’ordre en France !

om-fn65-eCommuniqué de presse d’Olivier MONTEIL

Conseiller Régional d’Occitanie

Secrétaire départemental du Front National des Hautes-Pyrénées

A peine quelques jours après avoir appris le braquage de la boulangerie du quartier SOLAZUR à Tarbes, voici qu’une Tarbaise mère de famille de 46 ans a été victime d’une agression extrêmement violente aux abords du jardin Massey le mercredi 22 février.

Rouée de coups par deux racailles de « type méditerranéen », la tête cognée à plusieurs reprises contre les rambardes en fer du passage souterrain, laissée pour morte, la malheureuse ne reprendra conscience que quelques temps après.

Confirmant nos observations précédentes sur la hausse inquiétante des violences physiques et des atteintes aux biens dans notre département, nous constatons une fois de plus l’échec total de la politique gouvernementale de sécurité : en plein « état d’urgence », la sécurité des citoyens, pourtant tout premier devoir de l’Etat, n’est plus assurée même désormais dans nos villes pourtant éloignées des banlieues toulousaines !

Comment s’étonner de tels évènements ? Ils sont la conséquence directe du laxisme déplorable de ce gouvernement en matière de sécurité : sous-équipement dramatique de nos forces de l’ordre, déconsidération de notre Police, irresponsable politique d’immigration qui introduit de force dans nos régions des immigrés clandestins sans contrôle ni suivi de sécurité sérieux, tolérance ahurissante devant les bandes de racailles qui ravagent impunément les quartiers lors des manifestations communautaristes « pour Théo » ou « pour Adama »…

Le Front National des Hautes-Pyrénées exprime sa totale solidarité avec la victime de cette insupportable agression. Il dénonce avec la plus grande fermeté le laxisme généralisé qui règne dans notre pays par la faute de nos gouvernants.

Avec MARINE, l’ordre sera rétabli en France : les forces de l’ordre seront massivement réarmées, le renseignement de terrain sera rétabli, la tolérance zéro sera appliquée à tous les délinquants !

Communiqué FN 65 du 25/02: Police impunément conspuée, ça suffit ! Défendons notre Police !

om-fn65-eCommuniqué de presse d’Olivier MONTEIL

Conseiller Régional d’Occitanie

Secrétaire départemental du Front National des Hautes-Pyrénées

Chaque jour en France, la délinquance progresse : vendredi 24 février en soirée, une boulangerie du quartier SOLAZUR de Tarbes est victime d’un braquage à main armée pour une poignée d’euros. Ce fait confirme l’évolution inquiétante de la délinquance constatée en 2016 dans notre département: par rapport à 2015, les atteintes aux biens avaient bondi de près de 3%, les violences physique crapuleuses de 5,4%, les violences physiques non-crapuleuses de 3% et les violences sexuelles de 9,7%…

Dans ce contexte et pour lutter contre la délinquance, alors que sévit un climat de laxisme généralisé en France (les manifestations violentes et destructrices de casseurs, que ce soit sur le prétexte de « Théo » à Paris ou contre la réunion publique de Marine à Nantes, se multiplient en plein « état d’urgence » !), la Police française fait preuve d’une abnégation et d’un professionnalisme exceptionnels dans des conditions extrêmes.

Ainsi, 7 gendarmes ont été blessés ce samedi dans une manifestation anti-FN à Nantes, alors que quelques dizaines d’extrémistes de gauche (CGT, Ligue des droits de l’Homme, Solidaires, etc.) se permettaient de conspuer et d’insulter la Police à Toulouse le même jour.

L’impunité dont jouissent ces casseurs et ces insulteurs salissent notre République. A l’heure où la Police et la Gendarmerie luttent âprement et souvent au péril de leur vie contre le terrorisme islamiste et la délinquance, il est temps de manifester publiquement haut et fort notre soutien aux forces de l’ordre.

Le Front National des Hautes-Pyrénées condamne avec la plus grande détermination les manifestations violentes de la chienlit gauchiste dans nos rues et les insultes faites à nos forces de l’ordre.

Avec Marine, remettons la France en ordre !

Police impunément conspuée, ça suffit ! Défendons notre Police !