Communiqué FN65 du 21 avril 2017: assassinat d’un Policier sur les Champs-Elysées: islamisme hors de France!

om-fn65-eCommuniqué d’Olivier MONTEIL

Conseiller régional d’Occitanie

Secrétaire départemental du FN des Hautes-Pyrénées

Xavier, un Policier de 37 ans, marié et père de famille, a perdu la vie ce 20 avril 2017 sur les Champs-Elysées sous les tirs d’un islamiste.

Encore.

L’islamiste Karim Cheurfi, déjà condamné en 2001 à 15 ans de prison pour tentative de meurtre sur des policiers, avait été libéré au bout de 5 ans. Il était libre, libre de recommencer. il a recommencé.

Encore.

Aujourd’hui, devant la légitime colère de ses proches, de sa famille, de ses collègues, des citoyens français écœurés, le gouvernement socialo-gauchiste qui dirige encore la France pour quelques jours n’a rien trouvé de mieux que de s’en prendre aux « outrances » de Marine condamnant l’islamisme. Aveuglement frénétique anti-patriote, absolu déni de réalité face à la menace islamiste.

Encore.

Il est temps d’en finir avec ce gouvernement d’incapables, qui a désarmé notre pays, qui a désarmé nos policiers, qui a livré la France à la folie de sa politique immigrationniste et ne contrôle plus rien depuis bien longtemps, laissant l’islamisme prospérer sans coup férir.

Il est temps de remettre de l’ordre en France. il est temps que MARINE arrive.Policier abattu

Tout notre soutien et notre solidarité à la famille de Xavier, ce frère d’armes que nous pleurons, et à
notre Police, indignement prise pour cible, indignement désarmée, indignement abandonnée.

Que Xavier repose en paix.

 

 

Communiqué FN 65 du 17 avril 2017: Campements sauvages à Bordères? faire appliquer la loi!

om-fn65-eCommuniqué de presse d’Olivier MONTEIL

Conseiller Régional d’Occitanie

Secrétaire départemental du Front National des Hautes-Pyrénées

Depuis fin mars un vaste campement sauvage de caravanes s’est à nouveau installé à la périphérie de Tarbes et de Bordères sur l’Echez, sur un terrain privé et à proximité d’un site de magasins fermés, qui fut d’ailleurs précédemment squatté durant des mois. Ce campement grossit de jour en jour et la crainte de retrouver les nuisances de l’an passé (dégradations des sites, expéditions punitives d’octobre 2016, etc.) est très forte chez les habitants.
En plein état d’urgence, qui plus est en pleine période électorale cruciale pour la France, les Français sont en droit d’attendre que l’ordre et la paix règnent dans leur pays. Et les Français ont aussi le droit de voir leurs biens et leurs propriétés privées respectées, la sécurité et la protection des biens et des personnes restant le premier devoir de l’Etat envers les citoyens. Ce sont malheureusement bien trop souvent les citoyens français les plus modestes qui subissent les atteintes les plus pénibles, et qui en plus doivent payer les pots cassés…
Le Front National des Hautes-Pyrénées demande que toutes les mesures de retour à l’ordre soient prises sans délai contre ces campements sauvages et que l’Etat procède au plus tôt aux nécessaires expulsions avant que la situation ne devienne inextricable ou que les événements de 2016 ne se reproduisent. Le laxisme du gouvernement socialo-gauchiste durant 5 années catastrophiques pour les Français n’a que trop duré, il est temps désormais de remettre la France en ordre. Avec Marine LE PEN.

Communiqué FN 65 du 30 mars 2017: Conférence des évêques à Lourdes, les poncifs des pontifes…

om-fn65-eCommuniqué de presse d’Olivier MONTEIL

Conseiller Régional d’Occitanie

Secrétaire départemental du Front National des Hautes-Pyrénées

Monseigneur PONTIER, lors de son discours d’ouverture de la conférence des évêques de France le 28 mars à Lourdes, s’est fort maladroitement aventuré sur un terrain politique qui n’est visiblement pas de ses compétences et qu’il ne maîtrise assurément pas le moins du monde. En ressassant le danger du « repli sur soi » ou le « dangereux regard de méfiance envers les musulmans » que véhiculeraient certains partis politiques (qu’il n’a pas osé nommer !), monseigneur l’évêque a débité les éternels poncifs éculés de ceux qui ne connaissent rien des réalités politiques mais s’érigent en donneurs de leçons contre les Patriotes français.

Rappelons donc à ceux de nos évêques qui se fourvoient dans la stigmatisation des Patriotes que, très loin du fumeux et fantasque « repli sur soi », se préoccuper du sort des habitants de notre pays, de nos femmes, de nos enfants, des personnes âgés, des handicapés, des plus faibles comme l’enfant à naître, des pauvres, des oubliés, des laissés pour compte victimes d’une mondialisation anarchique et dérégulée qui tue nos emplois et ruine nos métiers, nos familles, notre mode de vie…c’est avant tout se préoccuper justement de « son prochain » ! Et protéger et se préoccuper de nos compatriotes, notre « prochain » par excellence, c’est justement la raison d’être et la responsabilité première de l’Etat français. C’est donc faire œuvre de responsabilité que de protéger notre identité, notre économie, notre culture, notre langue, notre civilisation, nos racines, d’ailleurs chrétiennes entre autres…

Quant au « regard de méfiance envers les musulmans », que les donneurs de leçons comprennent qu’il ne concerne évidemment pas la pratique intime d’une religion, droit inaliénable de tout homme, mais la pratique publique d’un totalitarisme politico-religieux incompatible avec nos mœurs et nos valeurs : l’islamisme, qui a déjà tué des centaines de Français en quelques mois, après avoir martyrisé et tué des milliers « d’infidèles » chrétiens ou juifs durant treize siècles. Que ceux de nos évêques qui se piquent de politique alors que leur sacerdoce exige d’eux de sauver les âmes et de défendre la Foi catholique, prennent donc exemple sur le Saint Pape Pie V qui sut faire preuve d’authentique charité envers tous les Chrétiens d’Occident en levant, par la prière, une armée victorieuse face à l’islamisme turc à la bataille navale de Lépante en 1571. Victoire que nous célébrons chaque année le 07 octobre, à Lourdes, pour la fête du Saint Rosaire.

Ils en seront bien mieux inspirés, plutôt qu’à se prêter à un mauvais procès politique contre les Patriotes français.

 

Lettre ouverte aux maires de Bigorre sur les « célébrations » du 19 mars 1962

om-fn65-eMadame, monsieur le maire,

En France depuis 2012, la célébration du cessez-le-feu du 19 mars 1962 est devenue une date de cérémonie officielle par la loi n° 2012-1361 du 6 décembre 2012. Promue sous la pression politique de la Gauche la plus extrême et défendue par une unique association d’anciens combattants, elle-même politiquement très marquée, cette loi institue une « journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc ». Mais le 19 mars 1962, devenue fête nationale algérienne « de la victoire », est tout sauf un hommage aux victimes de la guerre d’Algérie.
En effet, le cessez-le-feu signé 19 mars 1962 entre l’Etat français et le groupe terroriste FLN n’a d’abord été respecté que par l’armée française, qui du coup ne défendait plus les civils. Mais le FLN, pourtant largement vaincu militairement sur le terrain, loin de respecter le cessez-le-feu, a déchainé dès lors sur tout le territoire une vague de terreur telle qu’il y eu plus de morts civils en 3 mois qu’en 7 années de guerre : des milliers de civils pieds noirs, hommes, femmes et enfants, ont été pourchassés, capturés, violés, égorgés, massacrés (plus de 3 000 Européens tués ou disparus pour la seule journée du 05 juillet 1962 à Oran !) ; des dizaines de milliers de harkis, considérés comme des traitres par le FLN parce qu’ils avaient servi la France, ont été tués avec leurs familles dans d’atroces supplices : tortures, émasculations, viols, égorgements, dépeçages, éventrations…la barbarie islamiste d’aujourd’hui n’a rien à envier aux atrocités commises par le FLN entre mars et août 1962. Les témoignages du déferlement de haine et de cruauté du FLN à l’encontre de nos frères harkis sont innombrables et insoutenables. Les comptes rendus officiels, tels que celui du sous-préfet d’Abkou en Kabylie, détaillent avec précisions les exactions commises et ne sont pas contestables.
Les estimations actuelles font état de 75 000 à 150 000 morts harkis, hommes, femmes et enfants. Un véritable génocide et crime de guerre, aujourd’hui encore resté impuni !
Par simple respect pour la mémoire des victimes, civiles et militaires, de ces massacres de masse, il est impossible de faire du 19 mars 1962 une date commémorative de quoi que ce soit. L’injure à la mémoire des nôtres est trop forte. Touché personnellement, à la fois en tant que fils de rapatrié moi-même et en tant qu’officier de l’armée française durant près de trente ans au service de nos trois couleurs, je ne peux ressentir la célébration du 19 mars que comme un véritable affront à ceux qui sont morts après cette date funeste, à ceux qui se sont sacrifiés pour leur patrie d’adoption et qui n’ont reçu en retour qu’indifférence et abandon au milieu des pires atrocités.
Le décret d’application de la loi du 06 décembre 2012 n’impose qu’aux villes-Préfectures de chaque département le soin d’organiser cette « célébration ». Toutes les autres communes de notre département ne sont nullement tenues par la loi de se prêter à cette offense.
Madame, monsieur le maire, après l’odieuse offense faite à la France par un candidat à l’élection présidentielle qui a osé qualifier l’œuvre française de nos médecins, instituteurs, ouvriers ou bâtisseurs en Algérie de « crime contre l’humanité », songez avant d’organiser une telle « célébration » à ce que vous allez célébrer. Car vous célébrerez, peut-être sans le savoir, le point de départ d’un massacre de masse terrible, pour le coup un véritable crime contre l’humanité contre des populations à raison de leur origine…et de leur fidélité à la France.
Je vous prie d’agréer, madame, monsieur le maire, l’assurance de ma sincère et meilleure considération.

Bien cordialement,

Olivier MONTEIL

Conseiller départemental d’Occitanie,

Chevalier de la Légion d’honneur, Croix de la valeur militaire, Croix du Combattant, Médaille d’or de la Défense nationale

leharki

 

Communiqué FN 65 du 28/02: Tarbaise agressée, il faut rétablir l’ordre en France !

om-fn65-eCommuniqué de presse d’Olivier MONTEIL

Conseiller Régional d’Occitanie

Secrétaire départemental du Front National des Hautes-Pyrénées

A peine quelques jours après avoir appris le braquage de la boulangerie du quartier SOLAZUR à Tarbes, voici qu’une Tarbaise mère de famille de 46 ans a été victime d’une agression extrêmement violente aux abords du jardin Massey le mercredi 22 février.

Rouée de coups par deux racailles de « type méditerranéen », la tête cognée à plusieurs reprises contre les rambardes en fer du passage souterrain, laissée pour morte, la malheureuse ne reprendra conscience que quelques temps après.

Confirmant nos observations précédentes sur la hausse inquiétante des violences physiques et des atteintes aux biens dans notre département, nous constatons une fois de plus l’échec total de la politique gouvernementale de sécurité : en plein « état d’urgence », la sécurité des citoyens, pourtant tout premier devoir de l’Etat, n’est plus assurée même désormais dans nos villes pourtant éloignées des banlieues toulousaines !

Comment s’étonner de tels évènements ? Ils sont la conséquence directe du laxisme déplorable de ce gouvernement en matière de sécurité : sous-équipement dramatique de nos forces de l’ordre, déconsidération de notre Police, irresponsable politique d’immigration qui introduit de force dans nos régions des immigrés clandestins sans contrôle ni suivi de sécurité sérieux, tolérance ahurissante devant les bandes de racailles qui ravagent impunément les quartiers lors des manifestations communautaristes « pour Théo » ou « pour Adama »…

Le Front National des Hautes-Pyrénées exprime sa totale solidarité avec la victime de cette insupportable agression. Il dénonce avec la plus grande fermeté le laxisme généralisé qui règne dans notre pays par la faute de nos gouvernants.

Avec MARINE, l’ordre sera rétabli en France : les forces de l’ordre seront massivement réarmées, le renseignement de terrain sera rétabli, la tolérance zéro sera appliquée à tous les délinquants !

Communiqué FN 65 du 25/02: Police impunément conspuée, ça suffit ! Défendons notre Police !

om-fn65-eCommuniqué de presse d’Olivier MONTEIL

Conseiller Régional d’Occitanie

Secrétaire départemental du Front National des Hautes-Pyrénées

Chaque jour en France, la délinquance progresse : vendredi 24 février en soirée, une boulangerie du quartier SOLAZUR de Tarbes est victime d’un braquage à main armée pour une poignée d’euros. Ce fait confirme l’évolution inquiétante de la délinquance constatée en 2016 dans notre département: par rapport à 2015, les atteintes aux biens avaient bondi de près de 3%, les violences physique crapuleuses de 5,4%, les violences physiques non-crapuleuses de 3% et les violences sexuelles de 9,7%…

Dans ce contexte et pour lutter contre la délinquance, alors que sévit un climat de laxisme généralisé en France (les manifestations violentes et destructrices de casseurs, que ce soit sur le prétexte de « Théo » à Paris ou contre la réunion publique de Marine à Nantes, se multiplient en plein « état d’urgence » !), la Police française fait preuve d’une abnégation et d’un professionnalisme exceptionnels dans des conditions extrêmes.

Ainsi, 7 gendarmes ont été blessés ce samedi dans une manifestation anti-FN à Nantes, alors que quelques dizaines d’extrémistes de gauche (CGT, Ligue des droits de l’Homme, Solidaires, etc.) se permettaient de conspuer et d’insulter la Police à Toulouse le même jour.

L’impunité dont jouissent ces casseurs et ces insulteurs salissent notre République. A l’heure où la Police et la Gendarmerie luttent âprement et souvent au péril de leur vie contre le terrorisme islamiste et la délinquance, il est temps de manifester publiquement haut et fort notre soutien aux forces de l’ordre.

Le Front National des Hautes-Pyrénées condamne avec la plus grande détermination les manifestations violentes de la chienlit gauchiste dans nos rues et les insultes faites à nos forces de l’ordre.

Avec Marine, remettons la France en ordre !

Police impunément conspuée, ça suffit ! Défendons notre Police !

 

Communiqué FN 65/1° Circo du 22/02: Compteurs LINKY, réunion d’information à Soues

genevieve-comont-fbCommuniqué de presse de Geneviève COMONT

Secrétaire Front National de la ère Circonscription des Hautes-Pyrénées

Secrétaire FN du canton de Moyen-Adour

Ce lundi 20 février 2017, à la mairie de Soues, avait lieu une réunion d’information. Cette démarche citoyenne avait pour but d’alerter la population sur l’installation de compteurs communicants appelés « compteurs LINKY » (loi de transition énergétique du 18 août 2015). L’installation de ces « LINKY » devrait coûter 5 milliards d’euros.

Des arguments sont avancés pour convaincre les citoyens: factures précises, maîtrise de la consommation, intégration des énergies renouvelables.

ERDF a créé un système évolutif qui emmagasinera de très importants flux de données. BIG BROTHER va donc se déployer dans toutes les communes avec un risque réel d’intrusion de notre vie privée. D’autre part, l’OMS a classé ces ondes CPL (courant porteur en ligne) potentiellement cancérogènes pour l’être humain puisqu’elles se diffusent dans tout le logement équipé de ce compteur.

Au Nom du Peuple, le Front National est opposé à la mise en place généralisée de ces compteurs « LINKY » par principe de précaution. La précarité énergétique touche déjà de nombreux français. Ce programme « LINKY » est inutile, potentiellement dangereux, intrusif dans la vie privée, lucratif pour les lobbies industriels. Chacun doit pouvoir s’y opposer et refuser l’installation de ces compteurs, à titre individuel ou éventuellement, avec le soutien du conseil municipal de sa commune.