Communiqué FN 65 du 25 mars 2018: Honneur au Lt-Colonel BELTRAME, héroïque libérateur d’otages, égorgé par un islamiste à Trèbes

 

LCL Beltrame.jpgCommuniqué de presse d’Olivier MONTEIL

Conseiller Régional d’Occitanie

Délégué départemental du Front National des Hautes-Pyrénées

C’est un nouveau jour noir pour la France que fut ce vendredi 23 mars 2018, où un franco-marocain, délinquant fiché S et connu pour sa radicalisation islamiste, a tué 4 personnes et en a blessé 15 autres à Trèbes, près de Carcassonne, en se revendiquant de l’Etat islamique.

Le Lieutenant-colonel Arnaud BELTRAME, commandant en second du groupement de Gendarmerie de l’Aude intervenu sur les lieux, s’était offert pour remplacer un otage de Redouane LADKIM, l’islamiste auteur du massacre, qui l’a blessé par balles avant de l’égorger sauvagement.

Le sacrifice héroïque du Lieutenant-colonel BELTRAME n’est pas sans rappeler celui du Père Maximilien KOLBE, incarcéré au camp d’Auschwitz par les nazis, qui trouva la mort le 14 août 1941 après s’être offert pour remplacer un prisonnier père de famille. Le Père KOLBE fut canonisé en 1982 par le Pape Jean-Paul II.

Nul doute que le Lieutenant-colonel Arnaud BELTRAME ait désormais rejoint au ciel la cohorte des saints et des martyrs qui se sont sacrifiés pour notre civilisation.

Exprimant toutes nos condoléances à sa famille et notre admiration de frères d’armes pour son courage et son dévouement, nous saluons le dur et admirable combat quotidien de notre Gendarmerie et de notre Police pour la sécurité des Français.

Le Front National des Hautes-Pyrénées rend honneur à cet officier valeureux tombé pour la France, au champ d’honneur de la guerre désormais totale qu’il faut engager sans plus aucun laxisme ni aucune faiblesse  contre le péril islamiste en France.

Publicités

Communiqué FN 65 du 17 mars 2018: Hausse de la CSG? Nous sommes tous des retraités en colère!

retraites

Communiqué de presse d’Olivier MONTEIL

Conseiller Régional d’Occitanie

Délégué départemental du Front National des Hautes-Pyrénées

En établissant dès janvier 2018 une hausse brutale et généralisée de la Contribution Sociale Généralisée (GSG), le Président MACRON a provoqué très imprudemment une rupture générationnelle  : toute leur vie, les actifs concernés ont payé une lourde cotisation retraite au profit de leur Anciens. Aujourd’hui retraités, ils doivent à nouveaux cotiser ! De fait, la hausse de la CSG touche les retraités pour une moyenne de 500 € par an de prélèvement supplémentaire.

En outre, ces prélèvements se font sans limite plancher de ressources ni même sans la moindre considération de la situation de famille des retraités.

L’injustice du traitement des retraités par le gouvernement MACRON soulève une colère populaire parfaitement légitime, que le Front National des Hautes-Pyrénées soutient sans réserve comme il soutient pleinement les associations de retraités qui ont manifesté contre la hausse de la CSG à Tarbes ce 15 mars 2018.

Il rappelle que seul le Front National réclame :

– la suppression immédiate de la hausse de la CSG,

– le reversement des fonds (1 milliards d’euros annuel) alloués à l’Aide Médicale d’Etat (AME) qui offre la gratuité totale des soins médicaux aux immigrés clandestins, au profit des hôpitaux et des EPHAD,

– le rétablissement de la demi-part des veuves et des veufs,

– la revalorisation du minimum vieillesse en prime de pouvoir d’achat pour toute retraite inférieure à 15  € mensuels.

Nous sommes, ou nous serons, tous des retraités ! Monsieur MACRON, un peu plus de dignité et de respect pour nos Anciens !

Communiqué du FN 65 du 17 février 2018: Carte scolaire 2018, la Ruralité bafouée par MACRON!

om-fn65-e

Communiqué de presse d’Olivier MONTEIL

Conseiller Régional d’Occitanie

Secrétaire départemental du Front National des Hautes-Pyrénées

Après le très indigent rapport d’Aurore BERGE du 31 janvier à l’Assemblée nationale, mettant en cause les enseignants considérés trop durs envers les parents d’élèves des « milieux défavorisées », et avant l’examen au Sénat d’une nouvelle proposition de loi LREM particulièrement sectaire visant à persécuter les écoles libres hors contrat, la carte scolaire 2018 qui vient de sortir a aussi de quoi faire bondir…

En effet, le projet gouvernemental à l’étude prévoit des fermetures de classes dans 26 écoles bigourdanes et la suppression d’au moins 11 postes d’enseignants en Hautes-Pyrénées. Le moins qu’on puisse dire est pourtant que notre département ô combien rural n’est pas des plus favorisés ! Pourtant Emmanuel MACRON s’était publiquement engagé le 17 juillet 2017 à « ne plus fermer de classes dans les écoles rurales »…une imposture de plus !

La ruralité est encore une fois sacrifiée au profit des zones urbaines, notamment des RER (réseaux d’éducation prioritaire, c’est-à-dire principalement les zones urbaines de forte immigration), où les classes de CP et de CE1 vont bénéficier d’un dédoublement à la rentrée 2018 : plus d’enseignants, plus de classes et deux fois moins d’élèves par classe.

A priori une bonne mesure, sauf qu’elle est non financée et implique de facto une compensation d’effectifs au détriment…des écoles rurales.

Situation scandaleuse et parfaitement discriminatoire car réservée aux seuls quartiers urbains RER au détriment complet de la ruralité, pourtant bien plus défavorisée par l’éloignement, les problèmes de transports ou la longueur des trajets.

Le Front National des Hautes-Pyrénées s’élève contre l’abandon de la ruralité par la révision MACRON de la carte scolaire, scandaleuse conséquence de la politique menée par un gouvernement qui n’hésite plus à sacrifier les écoles rurales au profit des quartiers urbains dits « prioritaires ».

Il propose au contraire de donner la priorité à la ruralité et d’y maintenir coûte que coûte nos écoles, sans lesquelles la vie économique et sociale des communes rurales s’éteindra inéluctablement.

Communiqué FN 65 du 15 février 2018: Réforme des zones agricoles défavorisées : l’Union Européenne achève les exploitations agricoles françaises.

agri.jpg

Communiqué de presse d’Olivier MONTEIL

Conseiller Régional d’Occitanie

Secrétaire départemental du Front National des Hautes-Pyrénées

Les jeunes Agriculteurs des Hautes-Pyrénées ont rejoint l’action de leurs camarades de Haute-Garonne, du Gers ou des Pyrénées atlantiques, en multipliant à leur tour les actions de protestations aux sorties de l’A64 ce mercredi 14 février 2018, à Capvern, Tarbes et Tournay.

Motivées par la prochaine réforme lancée par l’Union Européenne sur la carte des zones agricoles défavorisées, qui donnent droit à l’indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN, indemnité incluse dans la PAC à hauteur d’1 milliards d’€ par an sur 9 milliards d’€ de PAC, ces actions pour alerter l’opinion sont non seulement parfaitement légitimes mais nécessaires.

En effet, cette réforme est appliquée à la lettre par le gouvernement de M. MACRON qui proposera à l’UE une nouvelle carte des zones classées, excluant dans notre département pas moins de 160 exploitations réparties sur 35 communes. Les promesses d’aménagement du gouvernement sont pure propagande puisque les propositions françaises de reclassement des zones ne seront publiées qu’après validation par…la Commission Européenne !

Une fois de plus, avec la complaisance de l’Etat, l’U.E favorisera les pays nouveaux adhérents de l’Union au détriment de la France et de ses paysans. Cela n’est plus supportable !

Quand on sait que la France dépense chaque quelques 22 milliards d’€ de contribution au budget de l’Union Européenne, alors qu’elle n’en reçoit en retour que 14 milliards d’€ environ de subventions européennes (dont 9 milliards d’€ pour la PAC), donc perd chaque année au moins 8 milliards d’€ nets, quand on connait les difficultés toujours accrues d’obtention de la PAC et ses multiples retards de paiement, on ne peut qu’être révolté par les nouvelles mesures restrictives intentées contre nos Agriculteurs, notamment les plus petits éleveurs ou exploitants.

Le Front National des Hautes-Pyrénées combat résolument le modèle agricole industriel que l’Union Européenne, avec la servilité des gouvernements français successifs depuis des dizaines d’années, veut imposer à la France et défend au contraire une agriculture raisonnée, préservant nos traditions, terroirs et paysages, et protégeant le modèle agricole traditionnel et familial qui fait notre fierté et notre réputation dans le monde entier.

Il appelle les syndicats agricoles à cesser enfin de soutenir des gouvernements européistes qui saccagent notre Agriculture et il soutient pleinement l’action de protestation des Jeunes Agriculteurs des Hautes-Pyrénées et de ceux, FDSEA ou CR,  qui s’y sont associés.

Communiqué FN 65 du 22 janvier 2018: le FN 65 soutient la révolte des agents pénitentiaires

prison

 

Communiqué de presse d’Olivier MONTEIL

Conseiller Régional d’Occitanie

Secrétaire départemental du Front National des Hautes-Pyrénées

Depuis l’agression de trois surveillants et d’un gradé à la prison de Vendin-le-Vieil par un détenu islamiste le 11 janvier 2018, un mouvement général de révolte des agents pénitentiaires s’est spontanément, et à juste titre, levé dans toute la France. Ce mouvement légitime s’est étendu dans notre département, à Tarbes comme à la centrale de Lannemezan, et nous lui exprimons notre soutien total et sans réserve.

Le laxisme de tous les gouvernements successifs depuis 30 ans en matière de politique pénitentiaire, réduisant sans cesse les mesures de sécurité et de contrôle des détenus, a des conséquences désastreuses non seulement en terme d’application des peines mais aussi en terme de sécurité même des agents pénitentiaires, démunis et trop peu nombreux pour faire face efficacement à leur si difficile mission. Que l’on songe que les préoccupations actuelles du gouvernement sont…d’autoriser l’accès des détenus au téléphone dans chaque cellule ! Quelle inconscience, quel déni de la réalité !

Le Front National des Hautes-Pyrénées réclame que les conditions de fouilles des cellules et des personnes soient d’urgence révisées de manière drastique, que les détenus dangereux et notamment les islamistes soient incarcérés séparément des autres détenus et dans des conditions sécuritaires beaucoup plus élevées. Il réclame également que soit engagée le plus rapidement possible la construction de nouveaux centres de détention en vue d’ouvrir au minimum 40 000 places de prisons supplémentaires. Cela devra s’inscrire dans un véritable plan de sécurisation des prisons françaises, qui n’a que trop tardé.

Il réclame enfin que le recrutement de plusieurs milliers de postes soit ouvert au plus tôt, que les conditions salariales des agents pénitentiaires soient revues largement à la hausse, afin de revaloriser le métier de surveillant et récompenser plus justement le travail accompli dans des conditions si dures au service de la sécurité des Français.

Communiqué FN 65 du 04 janvier 2018: Policiers lynchés à Champigny : l’impunité des voyous doit cesser !

om-fn65-eCommuniqué de presse d’Olivier MONTEIL

Conseiller Régional d’Occitanie

Secrétaire départemental du Front National des Hautes-Pyrénées

L’année 2018 a malheureusement débuté sous les pires auspices : une nouvelle fois, des Policiers ont été pris pour cible et gravement agressés, à Aulnay-Sous-Bois et surtout à Champigny sur Marne (94) le soir du réveillon, où deux Policiers en intervention, dont une femme, ont été littéralement lynchés à terre par les plus acharnés d’une bande de 200 voyous de banlieue.

Alors que les actes de violence ont fortement augmenté en France à l’occasion de la Saint Sylvestre (plus de 1030 véhicules brûlés, dont 40 rien qu’à Toulouse, 510 interpellations et 350 gardes à vue dans la nuit, soit une hausse de plus de 10% !), force est de constater que le gouvernement reste aveugle aux causes profondes de la violence et des émeutes qui se multiplient en France.

En effet, la « fermeté » de façade du gouvernement ne vaut d’abord rien tant que perdure sa folle politique migratoire: avec une immigration accélérée sur notre territoire, sans contrôle sérieux et hors de toute maîtrise, le communautarisme se développe très rapidement dans les zones urbaines, comme l’émeute de Champigny-sur-Marne l’a tristement illustrée avec son explosion de haine contre tout ce qui représente la France, et en premier lieu tout ce porte un uniforme.

Cette « fermeté » de façade ne vaut également rien tant que les voyous de banlieue resteront impunis, ceux qui cassent, ceux qui brûlent, ceux qui détruisent, ceux qui crient leur haine de la France comme ceux qui crient leur haine de la Police, tel l’acteur Mathieu Kassovitz traitant les Policiers de « bande de bâtards » sur les réseaux sociaux.

 

Le Front National des Hautes-Pyrénées exprime sa totale solidarité envers les agents de la Police Nationale, dans notre département comme dans la France entière, sans cesse victimes d’agressions insupportables et inacceptables.

Il rappelle que le Front National demande depuis longtemps le renforcement massif, matériel et humain, de nos forces de Police et de Gendarmerie, et réclame le rétablissement des peines planchers et la mise en place dans la Loi du principe de présomption d’innocence systématique pour les forces de l’ordre.

Le Front National des Hautes-Pyrénées apporte son entier soutien à la prochaine manifestation des Policiers en colère du 09 janvier 2018.

Communiqué FN 65 du 05 déc. 2017: Jean MESSIHA, conseiller spécial de Marine LE PEN, présent en Hautes-Pyrénées le 16 décembre

om-fn65-eCommuniqué de presse d’Olivier MONTEIL

Conseiller Régional d’Occitanie

Secrétaire départemental du Front National des Hautes-Pyrénées

Jean MESSIHA, haut-fonctionnaire du Ministère de la défense, diplômé de sciences Politiques, énarque, docteur en Economie, coordinateur du programme présidentiel de Marine LE PEN et conseiller spécial de Marine LE PEN pour l’Economie, sera présent en Hautes-Pyrénées le samedi 16 décembre.

Natif d’Egypte, chrétien copte, il est emblématique de l’assimilation réussie à la France et à sa civilisation, dévoué corps et âme à sa Patrie qu’il défend désormais au sein du Front National.

Il animera le 16 décembre un déjeuner-débat patriotique de la fédération Front National des Hautes-Pyrénées, à Lourdes.